Qu’est-ce que le Boy’s Love/yaoi ?

Yaoi (やおい, prononcé ya-o-ï) est l’acronyme de « yama nashi, ochi nashi, imi nashi » signifiant « Pas de pic, pas de chute, pas d’histoire ».
À la base, le yaoi (ou Boy’s Love) est dessiné par des femmes pour un public féminin. Au Japon, le yaoi est un sous-genre du Boy’s Love (BL) qui indique la présence de scènes sexuelles explicites mais, en France, on a tendance à utiliser ce terme pour qualifier toute forme de romance entre deux hommes (explicite ou suggérée).
Il existe d’autres sous-genres du BL, comme par exemple :
• le shônen-ai (少年愛), qui s’attache aux relations soft, aux amitiés fusionnelles ;
• le barazoku (薔薇族), qui s’attache à une représentation traditionnellement masculine de l’homme, avec des corps très virils. Il est dessiné par des hommes, pour des hommes.

Qu’est-ce que le yuri ?

Le Yuri (百合, signifiant « lys ») fait référence aux relations homosexuelles entre femmes (émotionnelles, sentimentales ou sexuelles). Au Japon, ce terme définit principalement la fleur mais, avec les années, il a été de plus en plus associé à ce qu’il est aujourd’hui.
Tout comme le yaoi a le shônen-ai, le yuri a le shôjo-ai (少女愛 ). Celui-ci définit donc les relations amoureuses entre femmes ou jeunes filles, mais sans ou peu de contenu sexuel. Attention qu’au Japon, ce terme renvoie de nos jours à des fantasmes masculins portant sur les petites filles ; c’est donc un terme à connotation négative utilisé pour désigner de la pédophilie.

Si un jour vous voulez parler de ce genre avec des Japonais, prenez garde aux termes employés !

Qu’entend-t-on par homo-fictions ?

Ce terme, homo-fictions, a été créé par l’association Event Yaoi afin de regrouper tous les types de fiction mettant en scène des relations homosexuelles. Nous souhaitions englober toutes les histoires, quels que soient les genres, les supports et le public ciblé. Cela crée un ensemble de thème plus variés qui, actuellement, ont déjà tendance à se mélanger, et cela permet de rassembler des fans de tous horizons autour d’une même passion.

C’est un terme inclusif pour n’isoler aucun public et aucun genre.

Pourquoi l’association a-t-elle été créée ?

L’association a pour principal projet d’organiser une convention de fans d’homo-romance (yaoi et yuri, d’où l’appellation Y/CON). Pour cela, Valentine Tézier a monté une équipe et a fondé l’association en décembre 2009. Depuis, Event Yaoi organise et participe à un grand nombre de projets en plus de son principal salon !

Qu’est-ce que la Y/CON ?

Anciennement Yaoi Yuri Con, la Y/CON est donc le premier objectif de l’association à sa création. Sa première édition a eu lieu en 2011. Il s’agit d’une convention annuelle qui cherche à rassembler tous les fans d’homo-fictions avec la présence de professionnels du genre. On assiste à des conférences, des tables rondes pour illustrer et discuter de sujets intéressant les fans et à des activités et des séances de dédicaces pour que les auteurs et illustrateurs puissent rencontrer leur public.

YBY, la maison d’édition d’Event Yaoi

Event Yaoi avait pour coutume de publier un recueil de nouvelles annuel, le Love Shots, il est donc naturellement venu à l’esprit de l’équipe de se lancer dans l’édition. YBY Éditions (pour You, Be Yoursefl!) a alors été créé en 2013. Les éditions YBY promeuvent une littérature dite « inclusive » et ont à cœur de mettre en scène la diversité sous toutes ses formes, particulièrement les différentes orientations sexuelles, identités de genre ou de sexe.